MyMp3Tracks

Univers des beatmakers, Marshal Cyano

Univers des beatmakers, Marshal Cyano

Ce premier numéro reçoit pour vous chers lecteurs un beat maker qui depuis des années déjà, fait parler de lui dans la sphère du showbiz béninois. Il n’est plus à présenter et d’ailleurs d’aucun le citent parmi les meilleurs de la génération. Il vient nous parler du métier de beatmaker sans lequel la musique n’aurait peut-être pas connu cette grande évolution.

Marshal cyano, bonsoir. Veuillez-vous présentez aux lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas.

Bonsoir à tous, à l’état civil on m’appelle OMONTECHO Patrick Ciano. Je suis un beatmaker ingénieur de son béninois 

Pour  commencer dites-nous c’est quoi un beatmaker ? 

Moi je définis le beatmaker simplement comme un compositeur de musique ou d’instrumental

Parlez-nous de vos débuts : passions ou accidents ? 

Je dirais que j’ai atterri dans le milieu par accident, j’ai commencé à m’intéresser à la musique en 2003 je devrais être en classe de 3eme ou seconde, mais c’est suite à une séance studio chez feu Monsieur André QUENUM que piqué par la curiosité, j’ai voulu comprendre comment l’on compose un beat ce fut le début de tout mais il n’était pas question d’en faire un métier mais une chose en entrainant une autre me voici là aujourd’hui à vivre du beatmaking

Combien de temps faites-vous déjà dans le beatmaking ?

Ma carrière a véritablement commencé il y a 10 ans mais avec la période d’apprentissage je dirais 14 ans

Décrivez-nous brièvement comment vous fonctionner ?

Je n’ai pas vraiment un mode de fonctionnement, je travaille simplement avec amour

Quelles impressions avez-vous au regard de ce métier au Bénin ? 

Boff, ce n’est pas vu comme un métier au Bénin, le beatmaker n’a pas de statut au Bénin ce qui est bien dommage au vu du travail que nous abattons car sans instrumental pas de chanson.

Comment se présentent vos relations avec vos paires et aussi avec les artistes ? 

Ca se passe bien, mais il faut dire que vu que je vis très caché, il y a affinité avec très peu de personnes mais bon ca va.

Ça vous marche plutôt bien puisque beaucoup d’instrus portent votre marque aujourd’hui. Avez-vous un secret ?

Je dirais simplement que c’est Dieu qui est grand. Ce n’est pas par ma force que j’en suis là, je fais ce que je peux et Dieu donne sa bénédiction et voilà

Quelle est la particularité de Marshall en matière de logiciel ou VST par exemple ? 

Je travaille avec le making waves, je l’adore ce logiciel et je ne compte pas le laisser. Ca étonne plus d’un que je travaille avec ca mais c’est moi je me sens bien avec je le maitrise et c’est le plus important. Ce n’est pas parce que vous travaillez avec le logi le plus sophistiqué que vous allez avoir de bonnes inspirations.

Votre propre prod que vous kiffez le plus. C’est lequel ?

J’aime toutes mes prods sans exception. Certes à chaque sortie de son je me dis toujours j’aurais pu mieux faire. Je peux ne pas kiffer ce qu’on a fait de ma prod 

Pour être un bon beat maker, on a besoin de quoi ?

Je ne saurais le dire car moi-même je cherche à devenir bon, donc je cherche les astuces pour ce fait

Avez-vous des projets, justement dans le sens d’assurer la relève ? 

J’en ai des projets qu’au moment opportun vous découvrirez

Un mot pour les jeunes qui nourrissent d’ambitions de faire comme vous ?

Simplement  que c’est un métier noble, mais pas facile du tout. 

Interview réalisé par : Basta l'enfoiré

Mymp3tracks, votre site de téléchargement de musiques urbaines

remove_red_eye 2472 fois

date_range 03-09-2017


Partager sur :

D'autres interviews

headset Ecouter